Qui est Sory Kandia KOUYATE ?

Written by on 27 juin 2019

Il est un descendant direct à Balla Fassèkè Kouyaté. Ibrahima Sory dit Kandia est né en 1933 dans le village de Manta, la sous-préfecture de Bodié dans la ville de Dalaba.

Il est issu de la grande famille des griots qu’il quitta afin de rejoindre la communauté d’artistes et de politiciens. En plus d’être griot, Ibrahima Sory Kandia devient l’ambassadeur musical de la nouvelle nation indépendante qu’est la Guinée et la voix de la révolution, il représentait la Guinée aux nations Unies, à travers l’Afrique.

Il s’inscrit dans la musique traditionnelle que contemporaine. Ainsi avec son style qu’à lui, il reste un artiste aimé, un griot et modèle qui a marqué et marquent les générations futures.

Par sa voix renversante que mélodieuse, sa musique perçait l’âme de toute personne qui l’écoute. C’était plus qu’une musique !

A titre d’exemple, lors d’une soirée organisée en 1951, Kandia animait avec virtuosité la cérémonie. Monsieur le Président Ahmed Sékou Touré était tellement séduit, qu’il l’invitait personnellement à le rejoindre à
Conakry.

Sa puissance vocale avait eu une telle attirance par la foule, qu’il est évident que l’homme politique avait flairé l’effet qu’il pouvait
avoir dans les mobilisations militantes.

 Selon un critique d’art : « Une grande
voix, en pays mandingue, c’est un don occulte, souvent entaché de magie ; C’est un pouvoir, acquis par l’initiation autant que par l’étude – le pouvoir de manipuler les émotions des gens. Et ce pouvoir, a un tel impact sur la société mandingue qu’il a fait l’objet d’une stricte codification : Ceux qui le détiennent sont des êtres à part, à la fois révérés et proscrits, plus proches des féticheurs que du commun des hommes ».

Le Kandia KOUYATE était plus qu’un griot !

Les générations qui l’ont vu à l’œuvre décrivent et comparent sa beauté, sa majestuosité et son élégance à sa voix renversante que somptueuse.

Sory Kandia et sa voix restent une légende !

L’homme avec la voix de la Révolution était un artiste et musicien sensible et fin, ce musicien à la guitare blanc, le disait-il, c’était une guitare acoustique espagnole qui le tenait compagnie, son Amour ! Sa Guitare !

De l’amour qu’il témoigne pour sa Mère dans son titre N’Nah, une Mère qu’il n’a pas connu, une Mère dont la mort l’arracha à son amour avant même d’avoir ses deux ans est cet Amour que Sory Kandia démontre pour son pays en général et pour sa Capitale en particulier Conakry comme dans son titre Conakry où il chante Conakry et ses belles plages, ou il vantait Les fiertés de Conakry.

En ces époques, seul l’amour pour la Patrie compte. Ces griots et artistes, étaient des militants qui ne faisaient pas que dénoncer non, ils mettaient en valeur leur fierté, tout en taisant et améliorant ce les rabaissent.

Savez vous que Le Kandia de la Guinée n’avait pas besoin du micro pour se faire entendre, il a dompté le micro, Justin Morel Junior vient confirmer en ces termes : « Un jour à Conakry, en spectacle, son micro lâche. Kandia dépose soudain le micro et chante à gorge déployée, de la manière la plus naturelle. Stupéfaction générale ! Kandia brave le micro et sa voix dans son jaillissement naturel enveloppe l’auditoire et l’étonne. Ce coup de maître, l’élève ne l’avait appris de personne ! ».

Voulez vous savoir ce que l’ethnomusicologue Henri Lecomte dit de lui ?! «  Celui-ci, a été une des voix les plus aimées de l’ouest africain … Sa mort, le 25 Décembre 1977, a été douloureusement ressentie dans toute l’Afrique de l’ouest. Comme nombre de musiciens de la région, il s’est aussi bien exprimé dans un contexte très traditionnel, accompagné par son propre ngoni, le bala de Djéli Sory Kouyaté et la kora de Sidikiba Diabaté, que dans un contexte moderne avec les claviers et le saxophone de Kèlètigui Traoré ».

Ibrahima Sory dit Kandia KOUYATE est immortaliser par l’Amour qu’il a véhiculé par sa puissante et vivante voix, par son amour pour les valeurs traditionnelles de la société africaine, par ses nombreuses images notamment celle du carrefour de la Tannerie où Sory Kandia de la Guinée se tient avec son Ami, son instrument. Même mort, Il continue à apaiser les journées stressantes et à égayer les nuits de Solitude. D’ailleurs cette image de lui au carrefour de la Tannerie montre combien de fois, ces habitants tiennent à la vie, à la paix, à la sérénité et c’est pourquoi ce quartier fait parti des quartiers les plus calmes que chaleureux du pays.Ébène Baloka


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *



Current track

Title

Artist

Background